Doit-on mutualiser les services de communication d'une Ville au sein de la Communauté de Communes? 1/3

User Rating: 5 / 5

Star ActiveStar ActiveStar ActiveStar ActiveStar Active
 

Faire des économies et gagner en efficacité. Deux principes qui semblent guider un mouvement en cours : la mutualisation des services des différentes Communes au sein de la Communauté de Communes. Si, de fait, cette mutualisation est possible, on constate aussi des confusions qui naissent parmi les communicants. Pour qui travaillent-ils ?

Le problème est bien de savoir si la communication est un service qui peut obéir à une logique de regroupement des moyens ou bien si ce service demeure, de par sa nature, subordonné à un seul élu. Si la mutualisation est inévitable, sera-t-elle pour autant gage d’efficacité sans éviter de remettre dans les mains du seul Président de Communes, l’ensemble des moyens de communication ? Doit-on alors recourir à des moyens humains spécifiques qui garantissent les indépendances politiques de chaque Maire ou bien faut-il avoir recours à des prestataires extérieurs et vider ainsi les services de communication de leur main d’oeuvre, alors même que le point de départ était la volonté de regrouper les dits-moyens ?

Un enjeu fondamental : la mutualisation des services de communication n’aura-t-elle pas pour fin la simplification des disparités politiques dans un territoire ?

I

Au premier abord, on doit mutualiser les services de communication pour réaliser des économies et gagner en efficacité. L’idée est simple, plutôt que d’avoir des services de communication éparpillés sur chaque Commune, on regroupe les moyens techniques et humains.

D’un point de vue logistique, l’affaire est gagnante. Les moyens matériels pourront être davantage rentabilisés, et on pourra mieux équiper les services. Des exemples simples : l’appareil photo est utilisé par plusieurs communicants, une seule photocopieuse pour tout le monde ; on réduit aussi les consommables et les charges courantes (électricité, internet, etc.).

D’un point de vue humain, le travail en équipe peut porter ses fruits si le service ne tombe pas dans des crises de « réunionites aiguës ». Un texte est relu par plusieurs personnes compétentes, un avis sur un visuel est partagé. Le service communication gagne en qualité dans la production de ses outils. La communication interne est, elle aussi, optimisée ; et ceci d’autant plus si les autres services sont mutualisés.

Pour la communication externe, chacun se complète pour établir des stratégies de communication globales. Un service de communication mutualisé gagne en cohérence. Fini les redites et les doublons entre les moyens de communication des Mairies et de la CdC. Fini les informations contradictoires.

Qu’en est-il pour la cible, à savoir l’habitant de la Communauté de Communes ? Les communicants sont de moins en moins nombreux (de 34 % en 2011 à 29 % en 2015) à estimer que les habitants perçoivent clairement la distinction entre les messages municipaux et communautaires.

Notons en effet la différence d’appréciation des contenus entre l’émetteur et la cible. Pour chaque Collectivité, il s’agit de communiquer sur ses compétences et ses responsabilités. La Mairie valorise les actions menées par la Ville et la CdC valorise aussi ses propres actions. Par contre, la cible s’intéresse fondamentalement à ce qui se passe sur son territoire. Que ce soit la Région, le Département, la CdC ou la Ville qui crée un nouveau pôle d’entreprises, ce n’est pas si important. La cible peut même être agacée et peu réceptive lorsqu’elle voit s’empiler les magazines de chaque Collectivité, synonymes d’efforts de lectures et de gaspillage alors que, pour chacun, c’est le contribuable qui règle la facture.

En mutualisant les moyens de communication, on peut très bien imaginer à terme, la disparition des moyens de communication des Communes. Les économies semblent donc bien au rendez-vous. Mais à quel prix ? Un seul moyen de communication et une seule ligne éditoriale au service du Président de la CdC ? Quelle voix pour les Maires ?

Suite de l'article

 

Tags: mutualisation, collectivités, communication

PrintEmail